Gestion des troupeaux

La compréhension des modalités de gestion des troupeaux de camélidés à l’époque préhispanique passe en premier lieu par une exploitation intégrée des données archéologiques. Pour cela, les activités liées à cette axe de recherche se divisent en : fouilles archéologiques, analyse archéozoologique et d’une étude de l’organisation des sites mochicas et chimús dans les vallées de Moche et Chicama dans le but d’identifier les corrals et structures permettant le parcage des animaux.

Les fouilles archéologiques
La fouille archéologique est bien entendu l’étape initiale à toute étude de vestiges anciens. Le corpus de CAMELANDES s’appuie sur des fouilles récentes provenant d’établissements mochicas, lambayeque et chimús comme le site de Huacas de Moche, El Brujo, Sipán, Huanchaquito et la Huaca Amarilla.

Fouilles archéologiques sur le site de de Huaca Amarilla, désert de Sechura © Nicolas Goepfert
Prélèvement d’un pelage de camélidé sur le site de Huanchaquito © Nicolas Goepfert

L’analyse archéozoologique
Une fois fouillés et inventoriés, les vestiges faunistiques doivent être analysés et l’étude archéozoologique complète des restes de camélidés est fondamentale pour la compréhension des modes de gestion des troupeaux de lamas et d’alpagas sur la côte nord du Pérou. Elle comprend entre autre la détermination taxinomique et anatomique des restes osseux étudiés, ainsi que l’estimation de l’âge de l’animal au moment de sa mort basée sur l’observation de l’éruption et de l’usure des séries molaires. L’estimation de l’âge permet la construction de profils d’abattage. Les données démographiques nous permettront d’identifier les critères de sélection des animaux mis à mort que ce soit dans un but rituel ou économique. Des études existent, mais elles sont isolées au contraire de notre approche qui sera systématique. En comparant les informations nouvellement acquises spatialement (à l’échelle d’une même vallée et entres différentes vallées), et chronologiquement, nous obtiendrons la première étude régionale et diachronique réalisée dans l’aire andine. Les restes seront issus des différents types de contextes archéologiques retrouvés sur la côte (sépultures, repas funéraires, secteurs domestiques) afin de couvrir le plus largement possible la gamme des usages des animaux.

Analyse archéozoologique des restes osseux de Huanchaquito © Nicolas Goepfert
Analyse archéozoologique des restes osseux de Huanchaquito © Nicolas Goepfert

Localisation des enclos
Enfin, la question de la localisation des enclos est un thème non traité dans l’étude des sites archéologiques et des schémas d’occupation des vallées côtières du nord du Pérou. Si les camélidés étaient élevés sur la côte à l’époque préhispanique, et donc y vivaient durablement, ils devaient probablement être parqués dans des structures destinées à cet effet. L’absence de témoignages de telles structures dans les sites côtiers ne constitue donc pas la preuve de leur inexistence. En effet, aucune étude ne s’est intéressée à leur identification et elle possède probablement des caractéristiques (architecture, plan) différentes de celles des hauts-plateaux.

Les sociétés préhispaniques face à leur environnement : variations spatiales et diachroniques du pastoralisme andin (100-1470 apr. J.-C.)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search