Description générale

L’Homme doit développer des stratégies d’adaptation innovantes pour développer ses activités face aux stress environnementaux comme l’aridité, l’insuffisance des ressources naturelles ou les changements climatiques. Les Andes centrales représentent un cadre géographique et environnemental unique pour illustrer cette capacité d’innovation et d’adaptation. La diversité du climat et de l’altitude conduit à un ensemble très contrasté de zones écologiques étagées entre la côte pacifique et les hautes vallées de la cordillère.

Zones écologiques de la vallée de Moche © Élise Dufour et Nicolas Goepfert

Alors que les zones de moyenne et haute altitude présentent des conditions climatiques favorables aux implantations et activités humaines (agriculture et élevage), la côte est un milieu a priori très peu hospitalier. Désertique, très aride, elle est de plus soumise à une vulnérabilité climatique majeure, le phénomène El Niño. Pourtant au cours de l’Holocène différentes sociétés complexes se sont développées sur la côte du Pérou et se sont peu à peu affranchies du milieu marin par une complexification des relations entre le milieu côtier et les zones écologiques de moyenne et haute altitudes.

Parmi ces innovations, le pastoralisme occupe une place centrale. Les échanges économiques et culturels entres zones écologiques interdépendantes – décrits sous les concepts de verticalité andine et de l’archipel – ont été rendu possibles par la mise en place des caravanes de lamas, véritables agents dynamiques des échanges et relations entre sociétés préhispaniques.

Scène de présentation d’offrandes et arrivée d’une caravane de lamas, culture Mochica © Modifié de Kutscher 1983, fig. 305

Seuls grands mammifères domestiqués en Amérique, lamas (Lama glama) et alpagas (Vicugna pacos) constituent une source essentielle de matières premières (viande, laine, peau, tendons, fèces), sont la base du système d’échanges entre zones écologiques interdépendantes, mais sont également des marqueurs fort de l’identité culturelle andine. Domestiqués il y a 6000 ans dans les hautes terres du Pérou, leur présence est aujourd’hui restreinte à la cordillère à plus de 3000 m d’altitude. Si les lamas et alpagas sont aujourd’hui totalement absents de la côte péruvienne, leur présence y est attestée à l’époque préhispanique par la découverte de nombreux vestiges archéologiques (textiles, représentations iconographiques, etc.) et de restes squelettiques. Malgré ces premiers éléments suggérant la permanence des troupeaux sur la côte, ni le calendrier de leur arrivée, ni les systèmes de gestion et les modalités d’adaptation à un milieu radicalement différent de leur milieu d’origine, ne sont connus.

Bouteille à anse-en-étrier en forme de tête de lama, Plateforme Uhle à Huacas de Moche © Programme International

À la frontière entre Sciences Humaines et Sciences de l’Environnement, CAMELANDES s’attache à la question de l’adaptation de l’homme à son environnement à travers le pastoralisme andin sur le long terme. Si l’élevage des camélidés a été adopté sur la côte, celui-ci a entrainé des changements profonds des habitudes alimentaires (abandon progressif d’une économie basée sur les ressources marines), dans l’organisation des territoires pour le maintien et l’alimentation des animaux ainsi que dans les relations économiques et culturelles entre zones écologiques.

Ce projet devra s’attacher à identifier les innovations que les sociétés anciennes mirent en œuvre pour le maintien – saisonnier ou annuel – des troupeaux sur la côte : utilisation des ressources alimentaires, pratique ou non d’une transhumance vers d’autres étages écologiques (moyennes et/ou hautes vallées), affouragement et/ou apport en ressources marines, comme des algues pour pallier à l’insuffisance des pâtures naturelles, entre autres questions.

CAMELANDES propose de documenter les variations dans le temps et l’espace du pastoralisme par des informations directes et indiscutables d’un élevage local à basse altitude. Il s’appuiera sur un matériel archéologique et archéozoologique exceptionnel pour caractériser l’alimentation, les lieux d’élevage, la mobilité résidentielle, et l’état sanitaire des camélidés domestiques des sites côtiers mochicas (100-800 apr. J.-C.), lambayeques (850-1100 apr. J.-C.) et chimús (850-1470 apr. J.-C.). Il s’agit notamment du site de Huacas de Moche (Huaca de la Luna et Huaca del Sol), El Brujo, Sipán, Huanchaquito et Huaca Amarilla.

Huaca del Sol, Huacas de Moche© Nicolas Goepfert

 

Carte du nord du Pérou avec la localisation des sites archéologiques étudiés dans le cadre de CAMELANDES © Nicolas Goepfert

Les axes de recherches du programmes s’articulent autour des thèmes suivants :

  1. Modalités de gestion des troupeaux par l’approche archéologique et archéozoologique intégrée.
  2. L’alimentation et la mobilité par l’approche biogéochimique et archéobotanique.
  3. Définition d’une écologie sanitaire animale par les investigations paléoparasitologiques.
  4. Caractérisation et origine des fibres par l’analyse microscopique et isotopique.

Les sociétés préhispaniques face à leur environnement : variations spatiales et diachroniques du pastoralisme andin (100-1470 apr. J.-C.)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search