Description du projet CAMELANDES

Le pastoralisme andin et la mise en place des échanges entre différents niveaux écologiques (concept de verticalité andine) sont à la base de l’émergence des sociétés complexes des Andes Centrales. Cette région présente une mosaïque environnementale unique au monde liée à la diversité climatique et altitudinale. Ce carnet de recherche a pour objectif de diffuser les travaux et recherches effectués dans le cadre du programme ANR CAMELANDES intitulé : Les sociétés préhispaniques face à leur environnement : variations spatiales et diachroniques du pastoralisme andin (100-1470 apr. J.-C.).

Seuls grands mammifères domestiques sur le continent américain, les lamas et alpagas ont été domestiqués il y a près de 6000 ans et occupent une place fondamentale, à la fois économique, sociale et religieuse pour les cultures préhispaniques. Actuellement, leur élevage est restreint à la cordillère des Andes dans des zones situées à plus de 3000 m d’altitude. Ils sont donc totalement absents de la côte péruvienne, une zone écologique très aride, alors que de nombreux vestiges archéologiques, textiles, représentations iconographiques, restes squelettiques attestent de leur présence passée.
CAMELANDES cherche à documenter de façon directe et indiscutable l’élevage local à basse altitude des troupeaux par une approche méthodologique intégrée réalisée par des spécialistes en archéologie andine, en archéozoologie, en biogéochimie, en archéobotanique, en paléoparasitologie, en archéoentomologie et des fibres et textiles. Les variations du pastoralisme andin seront décrites à une échelle régionale (côte nord du Pérou), culturelle (Mochica, Lambayeque et Chimú) et diachronique (100-1470 apr. J.-C.). Il s’appuiera sur un corpus archéologique exceptionnel par sa taille, sa diversité et son état de conservation, et servira à identifier :

  1. Les ressources alimentaires nécessaires au maintien local – saisonnier ou permanent – des animaux;
  2.  La mobilité des troupeaux – transhumance avec déplacement du cheptel vers les moyennes ou hautes vallées -;
  3. l’état sanitaire des troupeaux et l’identification de parasites spécifiques à la côte.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *